Crise | Désarroi | Confiance | …

CSE-C extraordinaire tardif (mardi 30 mars)

+

allocution présidentielle (mercredi 13 mars)

La vie est bien compliquée avec la Covid et bien plus compliquée lorsqu’on la… complique encore plus !

Les protocoles sanitaires se succèdent et prendre du retard ne se rattrape pas. La Seine-et-Marne a commencé les restrictions Covid le 20 mars. Il fallait donc adapter les notes de la gestion de la crise sanitaire en DR Paris. Nous pensions être sollicités en CSE-C pour être informé.

Une semaine après, la crise sanitaire s’amplifiant, le Rhône, la Nièvre et l’Aube, 3 départements APRR, rejoignaient la Seine-et-Marne et il fallait aussi adapter le protocole interne avec ou sans protocole national, les mesures étant ciblées.

Semaine dernière, réception du protocole national, Eiffage informe par retour sur les mesures à appliquer. Deux jours plus tard, à 18h00 arrivait la note APRR pour une application théorique dès le samedi, jour de we où la majorité des salariés est absente. Il convient aussi d’y intégrer la latence du lundi pour l’explication aux salariés, puis du passage de la note au CSE-C le mardi ! Autrement dit, une semaine de passée.

En pareil cas, les organisations syndicales doivent être informées avant et depuis 1 an, nous souhaitons être informé avant sortie de la note pour apporter nos contributions. Hors délai d’information, et surtout 1 semaine après sortie des mesures gouvernementales, nous avons été convoqué à un CSE-Central extraordinaire. Quelques heures pour les préparer, nous avons posé 6 questions pour juger si nous votions favorablement ou pas.

En séance, les 2 questions les plus sensibles pour le vote n’ont pas obtenu de réponse. Les réponses devaient nous parvenir cette semaine et, en confiance mutuelle, nous avons estimé que nous votions pour.

Nous devons avouer notre désarroi à la lecture des réponses sur les taux de télétravail pour les secrétaires et l’encadrement, cela par unités concernées par les mesures renforcées. Désarroi et plus encore car aucune données chiffrées.

Finalement, nous avons adressé un nouveau courrier à la Direction afin d’obtenir les chiffres d’analyse. Leur absence nous fait tout bonnement regretter le vote positif de CFE-CGC APRR au CSE-C.

Nous constatons tous une situation sanitaire difficile en France et nous voulons toujours aider la chaine managériale pour aider les salariés en cette période trouble. Force est de constater des “contre sens” qui ne permettent pas d’y parvenir.

Nous cherchons la solution qui passera par autre chose qu’un nouveau CSE-C extraordinaire… ce sera par un dialogue social modernisé.

A chaque courrier à la Direction, nous proposons de co-construire !