Fin progressive de Covid = seulement la fin du télétravail ?

Pardon pour l’introduction : QUEL BAZAR !

Voici quelques jours, les organisations recevaient une convocation pour un CSE-C extraordinaire, accompagnée de la mise en ligne d’une note d’organisation dans la BDES (espace règlementé où la Direction verse les documents nécessaires aux élus pour assurer leurs prérogatives).

Notre surprise à la lecture a été plus une stupeur car si son titre comportait “progressive”, quasiment seulement le télétravail en constituait le contenu. “Progressive”, une notion uniquement dans le titre car après 1,5 an de Covid, le taux de télétravail arrivait à 0 en 3 semaines !

L’équipe CFE-CGC APRR au CSE-C a donc travaillé une réaction :

Le protocole national donne l’échéance du 9 septembre pour fixer “dans le cadre du dialogue social de proximité, un nombre minimal de jours de télétravail par semaine, pour les activités qui le permettent”. La pratique du travail à domicile reste ainsi recommandée au moins jusqu’en septembre.

Le titre de la note APRR comporte « progressif », sur seulement 3 semaines ! Nous ne sommes pas sur une note de prévention avec une transition sanitaire qui n’en n’est pas une.

ECART IMPORTANT car APRR revient à 0 % fin juin et le Gouvernement recommande jusqu’en septembre… !

De plus, le retour d’expérience est connu chez APRR et au plus tôt de l’évènement. La Direction propose l’impensable avec un retour d’expérience en octobre pour un télétravail fin juin. Notre réaction sous forme d’une proposition alternative :

  1. Soit on fait 1 jour par semaine jusqu’au retour d’expérience => retour d’expérience avant le 14 juillet,
  2. Soit on fait 2 jours par semaine de télétravail, sous volontariat,  jusqu’en septembre avec le retour d’expérience en octobre.

Nous ne voulons pas une précipitation comme celle-ci, ne tenant pas compte de la prévention, de la psychologie, d’une logique d’interrogation sur les modes de travail. Nous sommes interrogatifs sur le 1er juillet APRR qui porte le risque d’affluence, de croisement et de concentration des personnels et des clients.

Le covoiturage oui pour 2 personnes maxi, mais ici rien, on se déplace à 5, sans distanciation aucune. Si le protocole national ne stipule rien, nous sommes chez APRR en « off/on » sans aucune progressivité !

Sans prise en compte de ces propositions, nous porterons un vote de refus car l’immunité collective n’y est pas.”

Au final, la note d’organisation vous est connue car adressée à chaque salarié semaine passée. Vous comprendrez que nous avons fait bouger les lignes, l’entreprise ayant revu son contenu en allant dans notre sens dans l’esprit, mais aussi dans celui des autres organisations syndicales.

TD