Télétravail pour l’encadrement : flux et reflux !

Que c’est dur de faire appliquer l’ensemble des outils de PREVENTION.

L’Etat, le conseil scientifique, le corps médical disent qu’il faut réduire les déplacements, augmenter la distanciation sociale et tout le monde veut une crise qui dure le moins longtemps possible afin de préserver l’économie.

L’économie ne doit pas se faire SANS la prévention du risque Covid-19 !

Personne n’est immunisé, pas plus l’encadrement. Dans les Directions Centrales, nous y sommes enfin avec un pourcentage de télétravail de crise a priori rassurant. Pour les unités dites opérationnelles (agences et districts), on est comme dans des unités de production (manufactures, automobiles…) ou comme dans les chantiers (BTP…), dès que l’opportunité de prévention s’associe avec prévention Covid… on ne doit pas hésiter à télétravailler.

Ca veut dire quoi ?

Le graal n’est pas le 5 jours sur 5, sauf pour des personnes à risques ou de très rares qui ont la capacité morale, intellectuelle, organisationnelle avec l’autonomie.

Alors 4 jours sur 5 est le tempo qui permet de rester “connecté” à l’entreprise, aux collègues, aux locaux… bref au social.

2 jours, 3 jours… pourquoi pas, mais il est inquiétant d’oublier que NOUS SOMMES EN CRISE SANITAIRE !

Au bout du bout des interprétations, les managers en agence et district ont obtenu la possibilité de 1 jour par semaine. L’insistance de CFE-CGC y est pour beaucoup… mais au final, le mal devient plus profond. D’une sensation d’être les oubliés du système de prévention, ces managers  ne sont pas immunisés. Nous savons que ce métier consiste à encadrer des équipes, les faire grandir en autonomie, mais ont sait aussi que manager c’est fixer des objectifs et s’assurer qu’ils sont tenus pour passer à autre chose qu’aux mots “confiance + contrôle + présence”. Alors, pour la part de charge de travail où ils n’ont pas à être à coté de leurs équipes, le télétravail permet les tâches administratives, sauf à ce qu’elles n’existent plus !

Au final, ils ne sont pas incités à se protéger au moins 1 jour dans la semaine, ils sont freinés, une pression “amicale” est présente, de vraies craintes pour leur carrière sont perçues…

Le changement, c’est pour tout le monde avec la Covid, y compris dans le progrès sanitaire, l’innovation dans l’organisation du travail, donc dans les esprits de la Direction.